Hermès

D’abord créé pour Hermès en 2006 via l'agence am-pm d’après une base d’écriture de l’illustratrice Alice Charbin, ce caractère avait pour but de singer les aléas de l’écriture manuscrite en évitant au mieux les répétitions de mêmes dessins.
Repris et complètement revu depuis 2013, près de 3000 ligatures ont été ajoutées à la version de base afin de faire varier automatiquement les liaisons de lettres selon leur contexte.
Toujours en développement encore aujourd’hui, une version un peu plus grasse est en cours de conception à la demande d’une fonderie.
 
 
En haut, la fonte sans l’activation des ligatures automatiques.
En bas, les ligatures activées.
 Le principe est le même que lorsque les logiciels comme Indesign activent les ligatures basiques (fi, fl, ff…). Généralement cette option est active par défaut. C’est bien ce qui est intéressant ! J’ai donc rangé ces milliers de ligatures dans cette option de base. C’est la manière la plus simple que j’ai trouvée pour “obliger” la fonction ;)
.
Si beaucoup d’associations de lettres sont communes à toutes les langues, chacune en a une quantité qui lui est propre.
Du français au finnois, en passant par l'allemand ou l’italien, les principales langues ont été prises en compte avec leurs propres spécificités. Certaines associations de lettres sont assez folkloriques !
C’est ce qui a été, de loin, le plus long à déterminer et à réaliser.
Avec, en plus, la prise en compte des accents. Par exemple, en français, si je conçois la ligature “ene”, il faut aussi faire les “éne”, “ène”, “ené”, “enè”, “éné”, “ènè”, “énè”, “èné”, “êne”, “êné”, “ênè”, “enê”, “énê”, “ènê”, etc. 
C’est genre de chose dont on ne se doute pas trop en commençant. Puis, quand on y est, qui donne l'impression de se pencher au dessus d’un gouffre trèèès profond ;)
Les associations de lettres varient souvent selon leur contexte. Par exemple “botte”, “pretty”, “lettre” ou “settled”, ici en avant dernière ligne, ne comportent pas une ligature tt identique.
En haut la version originale, en bas une version un peu plus grasse.

Quelques exemples parmi les milliers de ligatures incluses dans les fontes.
Back to Top